Get Adobe Flash player

<p>The trouble with happiness</p>

The trouble with happiness

Il nous arrive de temps à autre d’avoir une idée géniale. Réunir Sophia et Vincent, fût une de mes meilleures. Convaincu qu’ils seraient capables de porter mes chansons loin, vraiment loin, je leur en ai proposé un mélange de nouvelles et d’anciennes. Le premier concert eut lieu à Paris en janvier 2001, au New Morning.

À chaque nouvelle prestation depuis, j’ai l’impression d’écouter un répertoire complètement neuf. Cet enregistrement témoigne de ce renouvellement constant. Toutes les plages furent enregistrées plus ou moins comme vous les entendez, car nous les avons interprétées tous les trois en "live". Pour moi, la chanson titre de l’album ressemble à du blues. Je pense que la plupart de ces chansons sont nées du côté sombre de la vie, mais j’espère que, comme le blues, la forme musicale la plus noble qui soit, elles dépassent le malheur pour évoquer des émotions plus positives.

En tout cas, la chanson de Sophia est une sorte d’antidote, Le titre de Brassens, choisi par Vincent, sans doute aussi et quel choix judicieux. C’est aussi Vincent qui m’a fait connaître Louis Stettner, l’auteur dramatique qui monte. Ce dernier nous a offert la photo de couverture, qui capte à merveille l’ambiance de ce que ces chansons racontent. Quant au chanteur, il prétend avoir une vision du monde profondément pessimiste, son opinion converge avec celle de Sam Beckett, qui disait : "Quand on est dans la merde jusqu’au cou, il ne reste plus qu’à chanter".

John Greaves, mai 2004

    John Greaves