Get Adobe Flash player

Rendez-vous

Rendez-vous

Pierre Blanchard, Dorado Schmitt

Dans le choix du répertoire, mon envie était de réunir sur un même album, des titres peu entendus allant des origines du « Hot Club », Charleston, Chicago, à des œuvres que Stéphane Grapelli affectionnait particulièrement et qu’il jouait encore, peu avant sa disparition, Someone to watch over me, As time goes by. Je trouvais également réjouissant de proposer une interprétation au violon, d’enregistrements dont Stéphane était absent, remplacé à l’époque par la clarinette d’Hubert Rostaing, Dinette, Double scotch.
Me restait alors à réunir les partenaires qui se joindraient à la fête. Mon souci d’authenticité m’amena spontanément à inviter Dorado. Je connaissais les qualités du musicien, je découvris l’homme parmi les siens et grande fut l’impression que me laissa cette rencontre, célébrée par l’un des deux thèmes proposés par Dorado sur l’album, Sinti Rhapsodie. A la guitare d’accompagnement, Samson rappelle humblement à la manière de Django, qu’un grand soliste est avant tout un grand accompagnateur. Diego, quant à lui, reste pour moi l’un des rares contrebassistes ayant parfaitement assimilé l’esprit de cette musique, la servant toujours avec un jovial à-propos.
Le Sweet Georgia Brown avec Mathilde prolonge la tradition de ces duos de violons dont Stéphane raffolait et me permet au passage de me livrer à l’une de mes joies favorites, le violon d’accompagnement.
Pierre Blanchard

    Dorado SchmittPierre Blanchard