Get Adobe Flash player

<p>Poète, vos papiers !</p>

Poète, vos papiers !

Léo Ferré est un artiste célèbre, paradoxalement son œuvre demeure assez mal connue. De Ferré on connaît l’auteur à succès de quelques chansons très populaires, Le Piano du Pauvre, Paris Canaille, Jolie Môme, Paname, C'est extra ou Avec le temps, on garde le souvenir réducteur d’un personnage solitaire plaidant en faveur de la révolte permanente et de l’anarchie. Le projet fut à l’origine d’éclairer avec plus d’acuité l’étendue d’un répertoire et la richesse d’une œuvre littéraire et musicale.

Yves Rousseau, contrebassiste et compositeur, suit un parcours rigoureux et brillant, et son univers musical est un savant dosage de musique écrite et de musique improvisée. Lorsqu’il manifeste en 2005, son envie de créer autour de l’œuvre de Ferré, son enthousiasme et son talent emportent l’adhésion des ayants-droit qui lui donnent leur accord pour une mise en musique originale.

Poète, Vos Papiers ! est le premier des deux recueils de poèmes assemblés par Léo Ferré. Edité dans les tous derniers jours de 1956 aux Editions de La Table Ronde, il proposait essentiellement des textes qui ne semblaient pas destinés à la chanson. Léo Ferré était-il d’un côté un auteur de chansons populaires et de l’autre un poète hermétique condamné à la marge ? Une décennie plus tard, il apportera un premier démenti en chantant plusieurs titres de son recueil : Alceste (Bobino 66), Madame la Misère, A toi, Le testament (1968), Poètes, vos papiers !, Les passantes, Le crachat, Psaumes 151 (1970), Il y a, Versifications (Bobino 1971), Préface (1972). Certaines de ces chansons sont encore aujourd’hui considérées parmi les plus fameuses qu’il ait écrites. Il nous a semblé intéressant de poursuivre et de compléter le travail de mise en musique entrepris par Léo Ferré qui nous rappelle dans Préface que :

« …Toute poésie destinée à n’être que lue et enfermée dans sa typographie n’est pas finie

Elle ne prend son sexe qu’avec la corde vocale tout comme le violon prend le sien avec l’archet qui le touche ».

Le présent projet conduit par Yves Rousseau ne se limite pas à la mise en musique de poèmes plus ou moins inédits de Léo Ferré mais propose de rendre compte de la richesse d’un ouvrage, de sa force, de sa modernité et de l’originalité de son style. Il nous a semblé impensable de ne pas « traiter » certains textes déjà mis en musique par Léo Ferré qui sont des piliers de ce remarquable édifice.

Il est remarquable voire paradoxal de constater que ce sont des chanteuses qui ont les premières et le mieux servis les textes de Léo Ferré. Il convient de rappeler que Renée Lebas suivie d’Edith Piaf et de Germaine Montero (notamment) furent les premières interprètes de Ferré et que ce dernier connut son premier véritable « tube » par l’intermédiaire de Catherine Sauvage. La grande Catherine sera longtemps la meilleure ambassadrice des chansons de Ferré, bientôt secondée par Juliette Gréco qui fit faire le tour du monde à une certaine Jolie Môme. Aujourd’hui, c’est encore à deux femmes Claudia Solal & Jeanne Added que revient l’honneur (le courage ?) de porter à notre connaissance des textes dont la moitié n’avait jamais été réalisée par Léo Ferré lui-même. Régis Huby (violon), Jean-Marc Larché (saxophone) et Christophe Marguet (batterie), membres du quartet d’Yves Rousseau, fondent le dernier pilier de cet ambitieux projet.