Get Adobe Flash player

<p>De sacs et de cordes</p>

De sacs et de cordes

Des sacs et des cordes est ce qu’il est convenu d’appeler un « récit lyrique », sa réalisation est l’occasion de la rencontre inattendue du « monstre sacré » du cinméa français et du futur « sacré monstre » de la chanson française. Cette œuvre a été construite d’après des textes intégraux ou partiels, de chansons ou de poèmes de Léo Ferré. « C’est un texte de 1950. J’avais connu Gabin par l’intermédiaire de Yvan Audouard qui était un ami à moi. Il avait accepté de faire ça. Il l’a fait très bien. Et ce qui m’avait plu et beaucoup étonné, c’est qu’il disait les vers comme il parlait au cinéma. Il n’avait aucune intention d’acteur. Moi j’ai très bien connu André Breton qui n’était pas acteur… qui lisait très bien la prose. Dès qu’il lisait la poésie, c’était la fin du monde. Comme Aragon d’ailleurs… il faisait « ôn ônh ôônhh !» Et ça, c’est une erreur que les gens font. Donnez des alexandrins à lire à quelqu’un, il lira comme ça, comme si le poète avait dit des choses du haut d’une chaire ! Pour « De sacs et de cordes », j’ai eu la chance d’avoir Gabin, avec une façon d’enregistrer, à ce moment-là, qui était… on comprend que c’est vieux… mais pas pour Gabin en tout cas heureusement ! » Léo Ferré.