Get Adobe Flash player

Billie Holiday

Billie Holiday

(1915 - 1959) Née en 1915, Billie Holiday fut sans doute la plus grande chanteuse de jazz de son temps après Ella Fitzgerald. Ayant eu une enfance difficile, elle fait ses débuts à Harlem en 1930. De 1935 à 1939, elle chante en parallèle dans les orchestres de Teddy Wilson et Count Basie. Puis elle chantera avec Artie Shaw. Mais elle garde une complicité particulière avec Lester Young, dont elle adopte le phrasé et la même forme de mise en place.

Elle est l’exemple vivant de l’extrême difficulté d’être une femme noire à Harlem dans les années trente. Entre ségrégation, humiliations nombreuses, vexations répétées même lorsqu’elle sera célèbre, maisons de redressement, viol et prostitution, toute sa vie aura été un calvaire qui se prolongera par l’enfer de la drogue et son cortège de condamnations et de cures de désintoxication. Son chant porte ces multiples souffrances, il les conjure en même temps qu’il en garde les traces dans son expressivité même.

À partir de 1939, elle se produira en vedette sur toutes les grandes scènes des Etats-Unis, mais également d’Europe, où sa voix lui vaut un immense succès. Sa façon unique de chanter le blues, empreinte d’une émotion rare, combine dans une relation unique une souffrance extrême et un érotisme exacerbé. Son chant exhale sa féminité, dans la plénitude de son ambivalence, comme une douleur permanente de l’âme à travers ses soupirs. Car sa voix possède un pouvoir érotique sans pareil et qui donne à son chant une puissance envoûtante, prodigieuse.

Son chant est spontané et exhibe le travail de la voix dans l’effort qu’il manifeste durant son développement et non comme une technique pré-élaborée. Elle demeure un modèle de sophistication, mélange adroit et permanent d’oppositions telles que douceur/violence, extase/douleur, brutalité/raffinement, émotion/intelligence.

discography

concerts