Get Adobe Flash player

Ludovic Beier

Ludovic Beier

Musicien de Jazz dans l’âme depuis sa plus tendre enfance, Ludovic Beier se passionne pour le son “west-coast”. Il découvre ses idoles (Chick Coréa, George Duke, Charlie Parker, Miles Davis, George Benson...) qui l’influencent au cours des années de sa formation musicale. Il commence à composer très jeune et glisse au fil de ses albums quelques-uns de ses thèmes, des ballades au be-bop…

La rencontre d’Angelo Debarre, marquera le début de sa carrière de musicien de Jazz, un moment qu’il attendait depuis longtemps. En très peu de temps, son nom associé à celui d’Angelo prend une dimension internationale avec, consécration ultime, une série de concerts triomphale au célèbre club BIRDLAND à New York, temple du jazz planétaire. Lors de cette tournée américaine Ludovic a joué et “jammé” avec, entre autres, Dorado Schmidt, James Carter, Paquito D’Rivera et Frank Wess. De plus les performances de quelques concerts ont été retransmises sur la radio mythique WBGO.

L’album “Swing Rencontre” est fort bien critiqué et apprécié par la presse et les médias, lui conférant une distribution aux Etats-Unis, Europe et Asie. Le deuxième album du duo “Come into my swing” est sorti le 28 Août 2003 à la suite d’une tournée aux Etats-Unis lors de prestigieux festivals comme celui de San Francisco, Chicago, Ann Arbor, Montreal…

“Nous avons vu arriver il y a quelques années Ludovic Beier, jeune virtuose de l’accordéon issu du musette, que sa curiosité et son ouverture d’esprit conduisaient à se frotter aux cordes redoutables des guitaristes manouches. Et non des moindres, puisqu’après Angelo Debarre (invité sur cet album), avec lequel il entretient désormais un compagnonnage fructueux, on a pu le voir et l’entendre aux côtés de Dorado Schmitt, notamment. Ces drôles de fréquentations ont aguerri notre homme, aiguisé son phrasé, enrichi son sens du swing et son drive, en même temps qu’elles lui ouvraient l’accès aux scènes internationales. Depuis, le jeune homme, prix Gus Viseur 2005, a fait son chemin.
Tutoyant la saison dernière Toots Thielemans et Herbie Hancock sur la scène du Carnegie Hall, le virtuose est entré de plain-pied dans le monde du jazz, via des personnalités telles que James Carter ou Paquito D’Rivera.”

Max Robin

discography

concerts