Get Adobe Flash player

Niño Baliardo

Niño Baliardo


Niño Bailardo & Gipsy Dynasty

Hyppolite Baliardo né à Sète en 1920 (décédé le 26 mai 2009) est celui par lequel les Baliardo se sont affirmés depuis plus d’un demi-siècle comme la dynastie de musiciens gitans d’origine espagnole la plus fameuse de l’histoire. Grand précurseur et serviteur de la Rumba Catalane, Hyppolite fonde, à la fin des années 50, Los Baliardos groupe au sein duquel vont se révéler son frère Ricardo, bientôt célèbre sous son surnom de Manitas de Plata et son cousin germain José Reyes chanteur à la voix puissante et particulièrement expressive. A leurs côtés les guitaristes pionniers Manéro Baliardo, le fils aîné de Manitas et Ricardo Bissiere-Baliardo un neveu d’Hyppolite. En 1968, Hyppolite Baliardo et Manitas de Plata participent au gala annuel de l’O.N.U. Ils sont accompagnés de deux de leurs plus fervents supporteurs, le peintre - on ne peut plus catalan - Salvador Dali, et le photographe arlésien et ami de Pablo Picasso, Lucien Clergue.

Les deux frères Baliardo, chargés de représenter et de défendre la cause Gitane, vont devenir les ambassadeurs du peuple gitan à travers le Monde.


Né le 19 juin 1961 Bruno « Niño » Baliardo enregistre pour CBS dès l’âge de 9 ans sous le nom de Niño el Suerte, un album qui va particulièrement impressionner Pablo Picasso, l’autre dédicataire de l’album. Il se produira alors en première partie des concerts de son oncle Manitas dans des salles telles que l’Olympia à Paris et sur les plus grandes scènes internationales. Il aura vécu de l’intérieur et comme acteur principal, l’aventure du renouveau populaire de la musique gitane. Afin de perpétuer la tradition familiale, il fonde à la fin des années 70, en compagnie de son cousin Nicolas Reyes (fils aîné de José Reyes), les Gipsy Kings qui comprend alors Tonino Baliardo, Diego Baliardo, "Patchaï" Reyes et Paul "Pablo" Reyes. Il offrira au groupe ses premiers grands succès planétaires dont le fameux Djobi Djoba avant de quitter, sans amertume, une formation qui s’écartait progressivement de ses préoccupations artistiques et de ses critères d’exigence.


Niño Baliardo est assurément un des derniers grands spécialistes du Cante Jondo. Ce « chant profond », style très primitif et dramatique du chant flamenco andalou nécessitant une profonde sensibilité et de grandes capacités expressives. Il est aussi déterminé à poursuivre la tradition de la Rumba Catalane introduite et imposée par son père dans l’ensemble du monde gitan « français » de Perpignan à Arles. Cette rumba catalane est née dans le quartier gitan de Barcelone du mariage de la Rumba Flamenca (musique de danse dérivée de la Guaracha cubaine et pratiquée par les gitans andalous depuis le 18ème siècle) et de formules rythmiques audacieuses empruntées au mambo et à la rumba cubaine. Niño Baliardo s’est fixé une autre mission, celle d’évoquer musicalement les origines et les divers cheminements du Pueblo Gitano à travers les siècles et les contrées souvent inamicales qui balisent leurs 1000 ans de nomadismes.

discography

concerts